L’improvisation…

Par Pierre Durand – Novembre 2017

L’art de l’improvisation est probablement l’une des disciplines en musique les plus difficiles et l’une des moins reconnues.
Il faut savoir être tout terrain, faire uniquement du son ou au contraire savoir inventer des mélodies, être capable d’aller dans toutes les directions rythmiques ou au contraire être aérien et sans tempo. 
Être précis ou être flou, ambiancer ou être frontal, improviser sur des compositions ou au contraire être sans filet.
Savoir s’adapter à de la musique contemporaine comme au rock bien dégueu, entendre le baroque comme le hip hop, l’électro comme le trad’, le jazz old school comme un groove gnawa… c’est compliqué et souvent on privilégie un aspect plutôt qu’un autre parce que de toute façon, être un musicien 360° c’est le travail d’une vie, et encore, en n’y arrivant probablement pas.
On essaie, humblement, de relever ce défi avec Fred Maurin et Christelle Séry dans le trio Flamenco Punk. 
Avec nos armes, nos qualités, nos fragilités et notre goût du risque, bref tout ce qui qui rend la musique vivante.
Nous avons des parcours différents, nous ne nous interdisons rien.
Nous jouions au Plan vendredi dernier( là nous répétions pour le concert).
Il y en aura d’autres et c’est toujours un plaisir partagé de jouer ensemble.
D’ici-là, à très vite avec quelques posts du Maroc où nous nous jouons pour une série de concerts avec Daniel ZimmermannJulien Charlet et Mathias Allamane.

Master-Class de Soundpainting du 23 au 25 janvier 2016…

SoundPainting à l’UMJ de Paris. Weekend dirigé par Walter Thomson et François Jeanneau. A mon avis le soundpainting est une discipline d’avenir : à mi-chemin entre la freemusic et un solfège de l’ère cybernétique. Abstraction globale à la fois élitiste et grand public illustrant et sonorisant de manière amusante et lumineuse notre monde réel hyper global. Activité créative multi-polaire répondant émotionnellement à notre monde multi-média.

Etienne Brunet

M-C Janvier 2016

PAUL BLEY par Pierre Durand

Il y a des gens qui marquent… Il y a des gens qui vous façonnent presque pour toujours dans une façon d’aborder les choses.
Paul Bley a été cette empreinte pour moi.
Grâce ou à cause de lui, c’est selon, je suis animé par trois idées:
– Ne pas jouer 2 fois la même chose dès que la moindre petite lucarne de nain est entrouverte.
– Essayer d’écouter mon instinct le mieux possible et le plus souvent possible.
– L’improvisation est un art absolu qu’on ne maîtrise jamais.

Pour vous situer le mec, on raconte qu’il est rentré une fois dans un club de la rue des Lombards. C’était il y a un peu moins de 20 ans.
Un gros fan de Coltrane jouait ce soir-là, comme on dirait aujourd’hui un clone de Mark Turner ou de Chris Potter.
« Tiens Coltrane joue ce soir… dit-il en entrant dans la salle… avant de faire demi-tour et ressortir aussitôt en disant « Ah non, c’est vrai, il est mort… »
Jouer qui on est, avec nos faiblesses, nos défauts, nos qualités, en essayant jour après jour de les corriger mais sans les cacher pour autant.
Voilà l’esprit de Paul Bley… L’anti fake… L’anti win attitude, quoi.

Voilà pourquoi cet homme dont l’intégrité et la quête sans concession de sa vérité n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait. Et il l’a méritait plus que largement.
Difficile de trouver un article qui le citera parmi les influences majeures des improvisateurs. Alors qu’il l’a été, magistralement.
L’Art de l’improvisation perd avec Paul Bley l’un de ses plus beaux défenseurs.
Paul Bley est mort et il a montré le chemin.

Jarrett a dit que bien que l’improvisation soit un des arts les plus ultimes en musique, il était pourtant l’un des plus maltraités et mal considérés.
C’est tristement vrai.
L’art de l’impro c’est une mise en danger avec laquelle on ne triche pas.
C’est une remise en cause perpétuelle.

Simenon disait qu’il préférait qu’on ne l’aime pas pour ce qu’il était plutôt qu’on l’aimât pour ce qu’il n’était pas.
Et bien vous savez quoi, je me suis toujours dit que c’est une phrase qu’aurait adoré Paul Bley.

A l’heure de la pop mise à toutes les sauces, et pourtant j’adore la pop dans sa recherche du son, l’heure n’est pas au risque car tout est «control freaké».
Aujourd’hui on nous vend l’interprétation comme de l’impro.
L’époque n’est pas au goût du risque et ça se comprend.
Quand on ne sait pas si on va pouvoir rembourser le crédit de la maison, si on va faire partie de la prochaine charrette, c’est sûr qu’on a envie de sentiers balisés au cinéma, en musique ou en littérature. Le risque, les gens le vivent suffisamment au quotidien.

Si vous pensez que je raconte n’importe quoi et que si c’était un mec si important que ça, ça se saurait… et bien sachez qu’il est une des influences les plus importantes de Keith Jarrett.

Et si vous ne me croyez toujours pas, voilà 2 liens, qui montrent combien Jarrett a été influencé par lui.

https://www.youtube.com/watch?v=EYnrtXiA0TA
https://www.youtube.com/watch?v=AUsFxL6tWUo

 

Pierre Durand                   Guitariste/Improvisateur

 

Comme disait déjà ma grand-m….

Comme disait déjà ma grand mère, paix à son âme, dans sa langue traditionnelle (le gascon) :
« Praoub France, tou es trahid ».
Comme disait aussi De Gaulle, paix à son âme également (et même s’il n’était pas vraiment ma tasse de thé) : « Les Français sont des veaux ».
Il serait temps qu’ils grandissent, qu’ils apprennent à réfléchir par eux-mêmes, afin d’éviter de se laisser berner par le chant des sirènes (bleues).
A propos de bleu, c’est le blues !
Bonne nuit.

François Jeanneau (le 06/12/15 au soir du 1er tour des régionales)

S P O U M J ?…

Saltos Périlleux, Overdoses, Ubiquité Multiple de Jeu

Saturnales Potentielles, Orgasmes Unitaires, Martingales Jouissives,

Strip Poker Organisé, Ultrasonore, Mélangeant les Joueurs,

Sentinelles Polyphoniques des Oasis Ubuesques Modulato Jubilatoires,

Syndicat de Pagayeurs Obstinés en Utopie Mega Joviale,

Supporters Polyrythmiques Outrageusement Utilisés Manu militari par Jeanneau…

 

Valentine Quintin

Et voilà !

La première édition du site du SPOUMJ a disparu dans le labyrinthe du web parce que nous avons oublié de payer notre abonnement. C’est malin ! Alors, nous y retournons à la rame… Mais nous apercevons le bout de la grotte…. Cet espace est dédié à qui voudra bien écrire une sorte de premier « édito », « billet d’humeur », « dernières nouvelles »… Reste à trouver un titre fixe à cette page. À bientôt  !

 

Site construit grâce à l’implication de Françoise Chabernaud, Marlène Continente, Corinne Corblou et Ann Ballester. Grand merci à Vincent Perrottet pour la création du sigle et à Sophie Le Roy et Philippe Taka pour leur aide !